Construction Risques naturels

Bien se préparer pour la saison cyclonique

Les avantages de vivre aux Antilles ne manquent pas, sauf peut-être à l’approche de la saison cyclonique, lorsqu’il s’agit de préparer l’éventualité d’un phénomène. Cette année, même si les prévisions s’inscrivent en dessous de la moyenne (1950 à 2012), mieux vaut ne pas attendre la dernière minute pour faire des provisions, des inspections et prendre de sages précautions. Il y va de notre sérénité au cas où…

 A faire en début de saison :

– Élaguer les arbres

Couper arbustes, arbres et toute branche susceptible de représenter un danger pour la maison, les voisins, la voiture et les câbles électriques. On en profite pour nettoyer aussi les ravines proches de la maison.

– Vérifier les évacuations d’eau

Il est impératif de déboucher les évacuations d’eau, d’entretenir, nettoyer ou faire réparer les chéneaux, les gouttières et leurs fixations afin de faciliter l’évacuation des eaux pluviales

– Inspecter la toiture

On le sait, pour qu’une habitation résiste aux intempéries et aux vents violents, il existe évidemment des normes de construction para-cycloniques que les professionnels respectent scrupuleusement au niveau des matériaux des toitures (tuiles et tôles ondulées), de la pose, de la fixation, de la résistance à l’usure et à l’oxydation.

Chauffe-eau solaires et panneaux photovoltaïques font aussi l’objet d’installations rigoureuses afin d’éviter toute infiltration d’eau en cas de fortes pluies. Un vitrage feuilleté leur permet de résister aux impacts d’objets volants.

Néanmoins, et même si le toit est entretenu régulièrement, il est conseillé de le faire vérifier avant la saison pour éviter toute mauvaise surprise en cas de vents violents ou de grosses pluies. En effet, une toiture abimée peut avoir de lourdes conséquences : la tuile ou le morceau de tôle arraché devient un projectile très dangereux, un défaut dans une toiture risque de créer une prise au vent ou encore, un trou dans la toiture indique un dégât des eaux potentiel.

Quelques indices demandant vérifications : tuiles décalées et vieillissantes, taches au sol, clous apparents…

D’autre part, les toits en tôles ondulées nécessitent quelques précautions : une fixation avec des vis et non pas avec des clous aux extrémités du toit (sur bois ou béton des murs porteurs), un recouvrement suffisant entre deux tôles, un bon ancrage…

Si le toit est en tuiles, celles des extrémités et du faîtage doivent être scellées au mortier.

Plus d’infos sur http://www.verifiermontoit.com

A faire à l’approche du phénomène :

  • Renforcer ou protéger les ouvertures (fenêtres, portes et baies vitrées)

Afin de résister à des vents violents, un bâtiment doit fermer hermétiquement. Pour cela, de nombreux modèles de volets (il en existe de toute matières, toute tailles, dotés de tout mécanisme), de menuiseries, de jalousies s’avèrent très performants et très sécurisants pour résister au vent.

On rappelle que s’il s’infiltre d’un côté, le vent en ressort forcément d’un autre (fenêtre, porte ou toiture). Et si une ouverture, si petite soit-elle, n’est pas prévue, la situation devient explosive et peut causer d’énormes dégâts.

Si l’habitation n’est pas dotée de volets para-cycloniques, prévoir une alternative en calfeutrant les ouvertures avec du contreplaqué d’au moins 5 mm d’épaisseur ou même du scotch permettant d’éviter les projections de bris de verre. Pour être efficace, la fixation des panneaux se fait sur un cadre en bois avec des chevrons.

  • Protéger les abords de la maison

Tout ce qui et susceptible de s’envoler doit être arrimé avec des cordes, harnais, chaînes. Débarrasser les déchets verts.

  • Faire le plein du véhicule
  • Recharger les téléphones portables et les batteries de secours
  • Remplir d’eau la baignoire et les seaux, rentrer les animaux et écouter la radio.
  • Mettre tous les objets de valeur dans des sacs ou boîtes hermétiques, placés en hauteur. Cela garantit qu’ils restent secs en cas d’inondation (on pense à y glisser les papiers d’identité, les assurances, les livrets de famille, les diplômes, les papiers du véhicule, les photos…).

 

  • Constituer une caisse avec :

° une réserve alimentaire raisonnable : riz, haricots, conserves, sucre, lait en poudre, huile, biscuits, etc.

° les objets utiles tels que lampes torches + piles, bougies, briquets/allumettes, radio à piles (pour se tenir au courant s’il y a une coupure de courant et que l’on est en pleine tempête), un réchaud à gaz, ruban adhésif de déménageur (pour éviter que les vitres ne se cassent en mille morceaux), papier toilette, sacs poubelle, serpillères, savon…

° un kit de premiers secours avec pansements, alcool à 70 degrés, coton hydrophile, compresses, sparadrap…

° des outils susceptibles d’être utilisés après l’ouragan, à savoir : hache, scie, clous, marteau, film plastique, bâche…

 

(encadré)

Consignes en cas de menace de phénomène cyclonique :

 

– Vigilance jaune : soyez attentifs !
– Vigilance orange : préparez-vous !
– Vigilance rouge : protégez-vous !
– Vigilance violette : confinez-vous, ne sortez pas !
– Vigilance grise : restez prudents !
– Vigilance verte : plus de dangers significatifs ou dangers s’éloignant !

 

0 comments on “Bien se préparer pour la saison cyclonique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :