Animaux

Le bien-être du chien passe par … l’alimentation

Nourrir son chien de façon équilibrée requiert un minimum de réflexion.

Son régime alimentaire, différent du nôtre puisque c’est un carnivore doit comporter des ingrédients d’origine animale (viande, poisson, œuf) en quantité et qualité suffisantes et des végétaux.

Comment bien alimenter son chien ?

Ration ménagère ou aliments industriels ?

Même si elle représente un réel effort, une alimentation ménagère (celle que l’on prépare soi-même) offre des garanties de qualité inégalées. Elle reste difficile à équilibrer sur la durée et demande à être adaptée aux besoins de chaque chien. A la longue, une ration mal conçue peut entraîner des carences, des excès, des troubles ostéo-articulaires, de l’obésité, des désordres digestifs, des problèmes immunitaires, dermatologiques… Ainsi, on prendra soin de complémenter la ration ménagère (viande + huile de colza + légumes + féculents) avec des vitamines, du calcium et certains oligo-éléments essentiels (Il existe des compléments spécifiques dits « CMV »).

Il en va de même si on pratique la ration mixte (mélange de ration ménagère et d’un aliment industriel complet sec ou humide). Les vitamines et minéraux doivent compléter la part ménagère de la ration afin d’assurer des apports équilibrés.

Si on n’a pas le temps de préparer des petits plats faits maison, on peut opter pour une alimentation industrielle complète, disponible sous forme de croquettes, de boîtes, de sachets fraîcheur… Il est important de sélectionner des aliments « premium » plutôt que des produits standards. En effet, la nourriture haut de gamme est souvent élaborée dans des centres de recherche par des vétérinaires diététiciens qui utilisent des matières premières de meilleure qualité et des méthodes de fabrication avancées (qui conservent les vitamines, par exemple). La grande majorité de ces aliments se présente sous forme de croquettes (meilleure conservation, meilleur rapport qualité/prix…). Cependant, on note un retour des aliments humides, particulièrement pour les chiens de petit format. Avec une meilleure digestibilité, ils conviennent mieux aux chiens sujets aux troubles digestifs.

Si les aliments premium s’avèrent plus onéreux à l’achat, c’est que la qualité des ingrédients est souvent meilleure. De façon générale, les quantités à donner pour satisfaire les besoins du chien sont moindres avec un produit haut de gamme qu’avec un aliment d’entrée de gamme, ce qui diminue le coût journalier. Une alimentation de qualité est à la base de la prévention de nombreuses affections.

Enfin, certaines marques proposent des aliments adaptés à la taille et formulés pour couvrir les besoins du chien aux différentes périodes de sa vie, selon son âge, son statut (stérilisé ou pas), son activité, et son état de santé et sa race.

Le cas des chiots :

Jusqu’à 4 semaines, le chiot se nourrit du lait de sa mère (ou du lait maternisé).

Bien nourrir son chiot, c’est respecter ses besoins particuliers tout en conservant un parfait équilibre, sans excès ni carences.

Les premiers mois, son système digestif est fragile, voilà pourquoi on recommande une alimentation spécifique. Toute erreur alimentaire ou tout changement brusque peut provoquer des vomissements ou une diarrhée.

Pour permettre une croissance harmonieuse (fonction de sa future taille), il est important de proposer une alimentation adaptée non seulement à l’âge, mais aussi au format et à la race du chiot. Cette période de croissance est cruciale pour le chiot car elle conditionne sa vie d’adulte.

Quelques conseils :

  • La distribution d’os est formellement déconseillée (risques d’obstruction ou de perforation du tube digestif)
  • Jamais de nourriture en libre-service
  • Pas de régime végétarien pour les carnivores
  • Pour tout changement de régime alimentaire chez le chien, respecter une période de transition. Pour cela, on augmente progressivement les quantités du nouvel aliment que l’on mélange à l’ancien pendant 10 jours environ.
  • Toujours laisser une gamelle d’eau à disposition, propre et fraîche
  • Donner les repas à des moments précis de la journée, au même endroit et au calme.
  • Éviter les friandises et les restes de repas
  • Éviter de lui faire pratiquer une activité physique après le repas

Ne pas hésiter à se faire conseiller par le vétérinaire, aussi le diététicien du chien, dans son quotidien ou lorsqu’il est malade.

Merci à Aurélie Bellay Cottard, vétérinaire à la Clinique vétérinaire du Robert, pour ses précieux conseils.

 

 

0 comments on “Le bien-être du chien passe par … l’alimentation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :