Aménagement Jardin

Un beau gazon ? Pas seulement une histoire d’herbes…

 

Choisir son gazon est une opération délicate qui demande de tenir compte de plusieurs contraintes : esthétique, entretien, nature du sol, exposition, usage (passages fréquents ou ornement) … Pour une bonne pousse, on procède en plusieurs étapes…

 

Préparation du terrain

 

La première étape consiste à enlever toutes les mauvaises herbes (avec un désherbant systémique par temps sec). Laisser agir dix jours avant de continuer le travail.

Pour que le gazon soit régulier, et donc plus facile à entretenir, il convient aussi d’aplanir le sol en nivelant creux et bosses. Ensuite, la terre doit être préparée (retournée) sur 20 cm de profondeur environ. Le ratissage permet d’éliminer les débris en surface susceptibles de gêner la levée du gazon. On termine la préparation du terrain en incorporant une couche de compost ou un amendement s’il est peu fertile.
Tout ce travail doit être fait environ un mois avant le semis qu’il est conseillé de faire par temps humide, entre juin et novembre.

 

 

Sélection du gazon

 

Le Paspalum notatum ou Bahia grass.

 

Graminée donnant un gazon dense conseillé pour les jardins d’agrément. Il convient à tous les types d’expositions (du plein soleil à l’ombre) et s’adapte à de nombreux types de sols : argileux, sableux… Particulièrement recommandé pour la protection contre l’érosion des sols en pente, il résiste bien à la sécheresse mais supporte aussi l’inondation et la salinité. En période de Carême, il convient de l’arroser régulièrement.

Résistant au piétinement, il pousse vite et oblige donc à des tontes fréquentes. Sa multiplication se fait par semis.

 

L’Axonopus compressus : très local.

Le gazon parfait pour les jardins antillais : extrêmement résistant, il supporte les sols médiocres, les inondations et il reste vert en période de sécheresse. Il s’adapte à toutes les expositions. Cette espèce très rustique se multiplie par placage (rouleau à poser) ou bouturage. Ses feuilles larges et courtes permettent d’espacer les coupes.

Le Cynodon dactylon ou Bermuda grass.

Le Cynodon dactylon, c’est du chiendent (pied-de-poule) qui forme un gazon dense, aux fines feuilles et au port étalé et rampant. Souvent réservé aux terrains de sport, aux bords des routes ou aux terrains en zones difficiles, le Bermuda grass apprécie beaucoup de types de sols (même salins). En revanche, il ne supporte pas les zones très humides ou ombragées. Au contraire, il a besoin de soleil et résiste même à la sécheresse temporaire et au piétinement. Sa tonte demande de la régularité. Plantation par semis ou par repiquage de stolons ou de mottes.

Zoysia tenuifolia

 

Il s’agit d’une graminée et non d’un gazon qui remplace la pelouse en formant un couvre-sol au feuillage fin et doux. Son aspect moutonnant naturel le rend très original. Cette plante pousse très lentement et ne nécessite donc pas de tontes fréquentes. Elle supporte tous les climats et les sols bien drainés, souples, décompactés en profondeur et sableux mais tolère mal les terrains trop humides. Cette variété se plaît au soleil et à la mi-ombre et résiste bien au piétinement.

 

Autre version, le Zoysia japonica, le gazon des golfs qui pousse lentement mais forme un tapis épais. Recommandé en bord de mer ou pour les zones ombragées, sa résistance au piétinement est moyenne. De plus, il demande des tontes très régulières pour conserver un bel aspect, sinon, les touffes s’arrachent au passage de la tondeuse. La plantation se fait par semis ou par portions de stolons.

 

La tonte

Sauf pour les zones difficiles d’accès qui nécessitent la débroussailleuse, il est recommandé d’utiliser la tondeuse. Pour deux raisons : le fil de la débroussailleuse écorche les troncs des arbres et arbustes, et la qualité de sa coupe ne freine pas la croissance des dicotylédones (mauvaises herbes). La tondeuse donne un rendu uniforme, plus esthétique.

La première tonte doit intervenir lorsque le gazon atteint 10 cm. Les tontes suivantes lorsque l’herbe dépasse de plus d’un tiers sa hauteur idéale. Attention, un gazon jaune est signe de coupe trop courte.

 

0 comments on “Un beau gazon ? Pas seulement une histoire d’herbes…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :