Le mot de... Martinique

…l’architecte : « L’architecture au prisme de l’émotion »

« La construction était faite pour tenir, et l’architecture pour émouvoir », Le Corbusier.

Dans les années quatre-vingt, l’architecte mexicain, Luis Barragàn, fut l’un des premiers précurseurs à envoyer une pierre dans la mare. Il développe l’idée d’une « architecture émotionnelle ». La création d’une œuvre dont la fonction serait l’émotion, en redonnant à l’architecture un statut d’art.

Humain, être d’émotions.

Aujourd’hui, la société occidentale se focalise autour de l’existence personnelle de chaque individu, de leurs émotions, et de leur chemin de pensée.

De nombreuses recherches montrent que les émotions modulent notre façon de voir le monde qui nous entoure. L’humain réagit en fonction de ses perceptions et de son contexte. Cette perception est liée à la cognition de chacun. La meilleure définition de la cognition est la capacité que les êtres vivants ont de traiter l’information à partir de la perception. Cette cognition englobe l’attention, la mémorisation, la communication, la prise de décision, voir le jugement. Alors plus l’état émotionnel est considéré comme positif, plus la cognition fonctionne mieux et plus la perception du contexte est positive

Psychologie architecturale, une histoire de contexte.

Le contexte influence notre perception jusqu’à nos pensées. L’étude et l’analyse de construction et d’aménagement ont un impact sur notre fonctionnement. De fait, dans l’univers architectural, des chercheurs tendent à montrer combien une pièce, une maison, un immeuble peuvent influencer l’esprit, les émotions et les comportements.

C’est pourquoi, une recherche entre neurosciences, architectes et architectes d’intérieur avance la possibilité de concevoir des espaces de vie qui favorisent la créativité, l’attention et la vigilance, ou un lieu de relaxation et de convivialité. Toujours dans l’intention d’améliorer la santé, le bien-être, les activités et les sensations ressenties, ce concept est avant-gardiste et prometteur. Trois éléments entre en jeu pour comprendre la psychologie architecturale : le lieu, l’individu et la relation qui les unit.

Architecture au service du bien-être. 

Différentes techniques illustrent la psychologie architecturale et ses bienfaits. Des architectes et architectes d’intérieur ont mis à profit les résultats de ces recherches afin d’améliorer le quotidien.

La hauteur des plafonds illustre le volume d’une pièce. Ce volume impacte le raisonnement. Les grands volumes encouragent à penser librement, à l’image d’une salle d’exposition. Tandis qu’un volume restreint induit l’esprit à s’attarder sur les détails. Par exemple, un bloc opératoire a volontairement un plafond bas, pour que les chirurgiens se concentrent à leur maximum. Il faut savoir que la hauteur réelle est différente de celle perçue par l’individu. De fait, l’utilisation de miroir est une bonne astuce pour jouer avec le volume.

La lumière et la verdure, accessibles à des occupants d’un lieu, accentuent la concentration. Les tâches de la vie moderne fatiguent. Tandis qu’observer la nature repose l’esprit. Les ouvertures permettant l’accès de lumière naturelle, réduisent de 19% les symptômes de dépression.

Toutefois la lumière artificielle, doit également être (re)pensée, un bureau à éclairage tamisé engendre une décontraction plus importante.

Quand tout est histoire de précision, la couleur des murs a également une importance. De plus en plus, la chromathérapie prouve que des effets physiologiques, psychologiques et même émotionnels influent sur le moral des habitants.

Au-delà d’une simple construction, la psychologie architecturale recherche le bien-être des occupants. Discipline récente, de nombreux architectes, architectes d’intérieur et designers d’espace collaborent avec le domaine des neurosciences afin de créer plus qu’un lieu de vie, mais un lieu d’épanouissement où l’espace devient continuité de la pensée.

Astrid Rodap
ARCHIPLUS DESIGN
23 Boulevard Sainte-Catherine – 97200 Fort-de-France
archiplus.design@orange.fr
0596 64 83 51

0 comments on “…l’architecte : « L’architecture au prisme de l’émotion »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :