Bien-être

Tout sur l’acupuncture et ses bienfaits

Qu’est-ce que l’acupuncture ?

Faisant fi de la science, les Chinois, convaincus de l’efficacité de l’acupuncture depuis plus de plus de quatre mille cinq cents ans, pratiquent cette discipline qui consiste à stimuler, à visée thérapeutique, des « points d’acupuncture ». Largement pratiquée en France, l’acupuncture a su se frayer un chemin parmi le monopole de la médecine occidentale et faire poids. Cette pratique emblématique compose l’une des cinq branches de la médecine traditionnelle chinoise. Au IIIème siècle, un vieil ouvrage dénommé « Le classique d’acupuncture et de moxa » relève dans ces textes médicaux chinois, un point essentiel : le corps humain est traversé par des lignes énergétiques appelées « méridiens ». Ces lignes vectrices d’énergie sont toutes reliées chacune à un organe. Impactant la globalité du corps, la stimulation des méridiens par de l’acupuncture a donc un champ d’action très vaste. L’implantation et la manipulation de fines aiguilles en divers points de ces méridiens favorisent la circulation de l’énergie vitale, le Qi. De fait, un éventail de problématiques de santé peut être traité de manière préventive, alternative ou complémentaire selon le cas. Les motifs de consultation chez un acupuncteur sont le plus souvent pour des syndromes douloureux dont les douleurs ostéo-articulaires et les céphalées. On peut toutefois y traiter le stress, la fatigue ou encore les troubles de sommeil. D’autant plus que cette médecine asiatique est destinée à tout public.

Une aiguille qui ne fait pas mal !

Une bonne circulation de l’énergie se traduit par un équilibre psychique et une bonne santé. À l’inverse, un déséquilibre énergétique peut entraîner des maladies. L’acupuncteur utilise des aiguilles stériles pour influer le Yin et le Yang qui symbolisent l’énergie circulant dans les méridiens. L’exercice de l’acupuncture constitue un acte au moyen d’aiguilles sur des sites déterminés de la peau, des muqueuses ou des tissus sous-cutanés du corps humain afin d’améliorer ou de soulager la douleur. La stimulation de ces points et le choix de combinaisons, auront un effet de rééquilibrage sur un organe, une région ou une fonction. Les aiguilles d’acupuncture sont, pour la plupart, en acier inoxydable. Très fines (0,22 mm), leur longueur diffère selon la maladie ou les zones à traiter. Actuellement, il n’y a pas de risque de contamination car les praticiens utilisent des aiguilles à usage unique ou un jeu d’aiguilles pour le même patient. La pose de l’aiguille est bien tolérée et est le plus souvent totalement indolore. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les aiguilles ne sont pas le seul moyen de prodiguer des traitements. L’acupuncture peut également utiliser d’autres gestes comme la chaleur (moxibustion), les pressions (ventouses, massage tuina, acupression), l’ajout de stimulation électrique (l’électro-acupuncture) ou d’un rayon lumineux (laser doux). La sélection du type et les méthodes de stimulation sont déterminées par l’acupuncteur et se base sur l’état de santé du client, son bilan énergétique, la localisation de la douleur ou des symptômes et de la palpation des zones et méridiens impliqués.

Un point précis, pour une douleur précise !

La stimulation de points, qu’ils soient sur le trajet des méridiens ou non (points dits « douloureux » ou points d’acupuncture dits « hors méridiens »), vise à calmer la douleur, l’inflammation et l’irritation ressentie. Cette stimulation favorise la vitalité d’une région, d’un organe ou d’une fonction déterminée de l’organisme. L’acupuncture a un effet antalgique, elle libère des endorphines, calme les phénomènes inflammatoires et augmente les défenses de l’organisme.

De ce fait, l’acupuncture pourrait offrir un complément intéressant dans le cadre d’une prise en charge plus globale de la maladie, en particulier lorsque la médecine occidentale n’est pas en mesure d’apporter un soulagement satisfaisant aux patients.

Aujourd’hui, cette pratique est une médecine considérée à la hauteur de son équivalent occidental. Le thérapeute soigne l’individu dans sa globalité par des gestes professionnels. Un diplôme reconnu appuie cet acte. Il faut savoir que deux types de diplôme d’acupuncture coexistent. Un diplôme d’État sous forme de DIU, délivré par des universités de médecine uniquement aux titulaires d’une thèse de médecine et un diplôme non reconnu par l’ État, qui nécessite une formation d’acupuncture allant de trois à cinq ans ouverte aux non-professionnels.

Le bien-être par l’acupuncture recèle de surprises, il est donc important d’harmoniser le corps par la détente et une technique douce.

2 comments on “Tout sur l’acupuncture et ses bienfaits

  1. Clavijo

    Pour quoi parlé vous d acupuncture? Vous êtes dans l architecture!

    J'aime

    • Bonjour @Clavijo,
      En effet, nous sommes un magazine d’habitat, construction, décoration et sans l’oublier de Lifestyle. C’est pour cela que nous avons de l’acupuncture dans cette rubrique.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :