Construction

Peinture. Conseils pour ne pas se mélanger les pinceaux !

peinture 1

C’est décidé, vous rafraîchissez une pièce ou toute la maison. Quelques coups de pinceaux et le tour est joué ? À condition de s’y retrouver…

Choisir la peinture

Les meilleurs résultats sont obtenus avec une peinture de qualité d’autant que nous vivons dans une zone tropicale aux conditions climatiques sévères. Des marques spécifiques aux Antilles proposent des produits adaptés en termes de couverture, de résistance aux UV, de souplesse (pour absorber les fissurations du support en cas de mini-secousses), d’imperméabilité ou de fongicide. Mais avant tout, essayons de faire le tour du marché.

Types de peintures

Peintures à l’huile : préférées pour leur aspect décoratif traditionnel, leur solidité et leur résistance à l’humidité. Même si elles contiennent de moins en moins de solvants, elles dégagent de fortes odeurs et restent toxiques.

Peintures à l’alkyde : une émulsion aqueuse qui possède les avantages de la peinture à l’huile (résistance et aspect tendu, fort pouvoir couvrant) sans ses inconvénients (moins toxique, pas d’odeur, séchage plus court, pas de jaunissement).

Peintures à l’eau : fabriquées à partir de résine d’acrylique, elles s’appliquent sur presque tous les matériaux. Quasiment sans odeur, elles sèchent rapidement, permettent le nettoyage des outils à l’eau courante et, enfin, contiennent peu, voire presque plus du tout, de solvants.

Produits moins nocifs, solution plus verte

Peintures récupérées

De quoi s’agit-il ? De fonds de pot retraités et reconditionnés de telle manière que les COV sont moins présents. Ces peintures existent aussi bien en base acrylique que solvant. Inconvénient, la palette des couleurs n’est pas très étendue…

Peintures naturelles

Les peintures naturelles ne comportent pas – ou très peu – de résines d’origine pétrochimique, remplacées par des composants d’origine végétale ou minérale : chaux, argile, protéine de lait (caséine), silicate, huiles de lin, de ricin, de soja, etc. Des ingrédients dilués avec de l’eau ou, parfois, avec des huiles essentielles d’agrumes ou de pin (huile de térébenthine). L’épaisseur et la résistance sont obtenues avec des charges minérales, telles que la craie ou la poudre de marbre. Enfin, les teintes sont élaborées à partir de pigments minéraux extraits de terres colorées, d’ocres, d’oxydes métalliques, d’argiles, d’ultramarines ou de spinelles. Elles émettent peu de polluants, leur temps de séchage est court, la résistance aux taches est bonne et elles sont biodégradables. Enfin, elles s’utilisent sur les murs, les plafonds, les boiseries, les crépis…

Pour une salle de bains ou des sous-sols, préférer la peinture naturelle à la chaux. Il s’agit d’une peinture minérale allergène qui résiste aux moisissures, à l’humidité, aux intempéries, aux UV. La peinture à la chaux convient bien à des supports non traités tels que le ciment, le béton, les pierres poreuses et les briques.

Choisir des peintures naturelles n’est pas seulement intéressant du point de vue écolo mais aussi sur le plan financier, puisqu’elles sont bien plus durables que les peintures conventionnelles.

Pour ne pas se tromper :

• Seul un label garantit des produits 100% écologiques. Ne pas se laisser abuser par une mention « environnement », « naturel » ou « vert ». Le mieux est de consulter la liste des labels (ECOLABEL, NF ENVIRONNEMENT…) sur : www.ecolabels.fr

• Lire la composition du produit pour connaître les allergènes (comme la colophane, les huiles essentielles, l’essence de térébenthine, etc.)

Dans tous les cas, qu’il s’agisse d’une peinture « naturelle » ou « écologique », des essais en laboratoire sont indispensables pour démontrer leur faible taux d’émissions de COV. Et bien que des essais d’émissions sur des peintures naturelles aient donné de bons résultats, l’utilisation de « matières naturelles » ne rime pas nécessairement avec « faible émission de COV ».

Choisir la couleur

À l’extérieur

On peut opter pour un ton proche de la nature environnante ou l’associer à la prédominance des matériaux peints (tôles de toits, briques rouges, châssis, portes…). Le blanc est souvent choisi parce qu’il assure un confort thermique à l’intérieur de la maison en absorbant peu la chaleur, qu’il s’assortit bien et il qu’il permet des retouches faciles. Mais rien de tel que les couleurs pour apporter de la gaieté et du style. Les préférer dans une valeur claire (les couleurs sombres absorbant la chaleur). Une couleur franche peut mettre en avant des détails d’architecture ou apporter de l’originalité à certaines constructions banales.

À l’intérieur

Quelle couleur pour quelle ambiance ? Couleurs chaudes, froides, comment les associer ? Comment choisir ? Des simulateurs et des nuanciers virtuels permettent de tester les couleurs sur ordinateur. Même s’il s’agit de réalité augmentée, le rendu n’est pas encore complètement fiable. Les nuances et les demi-teintes ressortent peu. Du coup, rien ne vaut un test « live » chez soi.

Pour cela, utiliser les « testeurs », (proposés par beaucoup de marques) et appliquer la peinture sur un carton blanc de 50×50 cm. Ensuite, le placer à différents endroits de la pièce, le matin, le midi, en fin de journée, à la lumière naturelle et le soir, sous un éclairage artificiel. Les modifications chromatiques de la lumière changent radicalement la couleur de la peinture (surtout les demi-teintes et les tonalités claires), et tout particulièrement sous nos latitudes où on peut passer d’un bain de lumière aveuglant à une grisaille terne. De plus, ce test s’avère très astucieux quand on associe deux ou trois couleurs, en camaïeu ou en contraste. C’est aussi la lumière qui va définir un choix de couleurs chaudes ou froides. Par exemple, un bleu sous une lumière orange ressemble à du gris, et un jaune tirera sur le vert à l’est et sur l’orangé à l’ouest.

À retenir :

• À l’est : là où le soleil se lève, la lumière est plus verte.

• Au sud, la lumière franche donne de belles couleurs mais tend parfois à les brûler.

• À l’ouest, la lumière orangée renforce les tons rouges.

• Au nord, moins de lumière mais des couleurs plus froides peuvent assurer un beau rendu.

• Attention la couleur paraît plus claire sur le nuancier qu’une fois posée sur les murs. Sur le nuancier, choisir un ton plus clair.

• La couleur ressort plus foncée sur un plan vertical et plus claire sur un plan horizontal.

• Deux couleurs complémentaires utilisées côte-à-côte paraissent plus intenses.

• Pour faire paraître une pièce plus grande, utiliser des couleurs claires, froides, à l’arrière-plan. Elles créent de l’espace, de la distance, et font bien ressortir les accessoires de couleur. Une finition mate crée également un effet d’espace. Pour donner une impression de hauteur, peindre le plafond dans un ton plus clair que les murs.

• La tendance : ne peindre qu’une partie du mur (dans la largeur) avec une démarcation dégradée. Ou encore, mixer papier peint et peinture. Et mêmes plusieurs motifs de papier peint (des collections assorties existent chez les fabricants).

peinture 2

Choisir la finition

Si le choix d’une peinture est important, sa finition est aussi déterminante pour le rendu final. Peinture mate, velours, satinée, brillante ou laquée, voici  uelques indices précieux. Mais autant le dire, la tendance est au mat, à la texture poudrée, au rendu profond et sobre…

Mat

L’aspect velouté du mat apporte une impression feutrée, un caractère sobre. Il adoucit les formes et absorbe la lumière, cette finition masque les irrégularités et les imperfections. Idéale pour les plafonds, elle distille une ambiance intime. Appliquée sur les murs, elle donne de la profondeur à la couleur tout en suggérant une atmosphère très cosy à la pièce. Seul bémol, si elles sont lavables, les peintures mates ne sont pas toujours lessivables, donc déconseillées aux pièces telles que les couloirs, chambres d’enfants et pièces humides.

Velours

La peinture velours, située entre le mat et le satiné, offre tous les avantages de la peinture satinée : bonne résistance et entretien facile puisqu’elle est lessivable. Résistante aux chocs, elle s’adapte à toutes les pièces de la maison. Son aspect velouté gomme les imperfections des murs et donne une profondeur aux teintes foncées.

Satiné

La plus universelle, la finition satinée, convient à tous les espaces et tous les supports. Très résistante aux chocs, elle est lessivable et donc préconisée pour les pièces humides et de passage. Subtilement brillante, la peinture satinée reflète la lumière offrant un aspect à la fois soyeux et chaleureux. Attention toutefois à l’appliquer sur un support bien préparé et lisse. Le fait de réfléchir la lumière accentue les éventuelles imperfections.

Brillant

peinture 3

Parce qu’elle renvoie la lumière, la peinture brillante donne de l’éclat aux couleurs. Associée à une peinture satinée ou mate, sa brillance est idéale pour valoriser un détail d’architecture, une moulure, une porte mais aussi pour agrandir le volume d’une pièce, en ne peignant qu’un seul pan de mur. Lessivable et d’une grande résistance, la peinture brillante ne craint pas l’humidité. Il est impératif que le support soit parfaitement lisse.

Laque (super gloss)

Ce type de peinture agrandit les espaces en renvoyant la lumière, requiert une préparation irréprochable du support et nécessite plusieurs couches pour un rendu parfait. Parce que sa luminosité est inégalée, la peinture laquée donne instantanément une note luxueuse à une pièce. Son aspect lustré accentue la puissance des nuances. Résistante et facile à entretenir.

Au top de la technologie : les peintures fonctionnelles, carrément intelligentes

• Dépolluante : elle capte et détruit les polluants qui saturent l’air intérieur. Selon les marques, elle permet d’éliminer rapidement entre 60 et 85 % des polluants présents dans la pièce.

• Magnétique : elle permet d’accrocher des objets légers sur le mur, les portes, les meubles, à l’aide d’aimants. Plus besoin de percer les murs.

• Isolante : sa promesse, une isolation thermique et acoustique pour garder la fraîcheur et stopper le bruit.

• Anti-ondes électromagnétiques : elle blinde et atténue jusqu’à 99 % des champs électromagnétiques de basse fréquence émis par les appareils.

• Ardoise : la peinture ardoise transforme les murs, les portes, les placards en tableau sur lesquels on peut écrire à la craie.

• Insecticides, acaricides, fongicides : par simple contact, ces peintures détruisent les nuisibles, résistent aux moisissures et évitent la formation des toiles d’araignées…

• Tactile ON/OFF : effleurer la surface couverte de cette peinture permet d’activer ou désactiver des appareils électriques.

0 comments on “Peinture. Conseils pour ne pas se mélanger les pinceaux !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :